dimanche 26 janvier 2014

A tale of Swords and Waves - Epilepto III


Voici la suite des fabuleuses aventures de l'épilepsie en terre du Milieu

Pour les retardataires, le 
CHAPITRE I 

CHAPITRE III

Ce chapitre est un bonus. Il est réservé aux fans. Quand Peter Jackson me suppliera à genoux de lui vendre ce scénario, ce chapitre ne sera visible que dans la version longue du film.

La nuit s'était bien installée. La chaleur du feu, le crépitement des bûches brûlant dans la cheminée, le bruit de la pluie martelant les vitres de la taverne et l'effet de la bière tiède avaient plongé le barde dans une demi-torpeur confortable. Son esprit divaguait. Le barde se remémorait ses voyages dans le vaste monde des terres du milieu. Peux le savaient mais il y a bien longtemps le monde s'appelait corpus humanum car le monde avait la forme d'un corps humain, même si dans certains coins reculés on pensait encore que le monde était plat et reposait sur le dos de trois éléphants en équilibre sur le dos d'une tortue. Mais ça, c'est une autre histoire. Les terres du milieu étaient une immense presque île appelé Caput ou tête, ou encore crâne. La complexité de la géographie du monde rendait impossible sa représentation a plat sur une seule carte. Il était d'usage chez les bardes de représenter ce crâne comme s'il était vu par-dessus (contrairement a l'usage complètement idiot des nains géologues qu'on appelait radiologues et qui représentaient le monde comme vu par en dessous).

samedi 25 janvier 2014

A tale of Swords and Waves - Epilepto II




Voici la suite des fabuleuses aventures de l'épilepsie en terre du Milieu


Pour les retardataires, le 
CHAPITRE I 

C'était un soir brumeux. Il avait plu toute la journée et l'air restait humide et lourd. Le barde n'était pas d'humeur à noter les ambiances sonores. Il s'était réfugié dans la taverne qui venait juste d'ouvrir. Pour tout dire, la taverne s'était matérialisée (comme tout nouveau bâtiment), il y a une semaine mais, mais la grande flasque verte horizontale qui apparaissait au-dessus des bâtiments neufs avait mis une bonne semaine à se remplir. Peu importe, la nouvelle taverne était chaude, confortable, et la bière était tiède à point.

Avançons car je ne crois pas que le confort du barde vous intéresse. Pour passer le temps, le barde sortit de sa besace les parchemins sur lesquels il avait noté d'autres ambiances sonores. Il les plaça devant lui, sur une grande table.

vendredi 17 janvier 2014

A tale of Swords and Waves - Epilepto I



Tout a commencé par une FMC sur les bases de l’épilepsie, avec un public comateux… Très intéressé par... La météo. Il faut vous dire que le sujet n’était pas facile : les bases de l’EEG pour un public qui n’en verrait jamais. Tandis que je faisais mentalement ma liste de courses en commentant mon propre PowerPoint, et parce que le public était jeune, je me suis lancé, comme ça, dans une analogie hasardeuse sans trop savoir où cela allait me mener. Le résultat ayant été plus que probant (réveil généralisé, trompettes, pétales de fleurs, ola dans l'assistance, chaises arrachées…) j’ai décidé de la garder. Cette analogie idiote tombe bien parce que je voulais écrire ce billet sur les bases de l’epilepto pour les non neurologues sans savoir comment éviter des accidents domestiques graves, secondaires à l'affaissement brutal du lecteur sur son écran, suite à une narcolepsie aiguë.


CHAPITRE I

Oublions donc l'épilepsie, l’épilepto et même la neuro, le temps d’une analogie qui prend place dans une contrée lointaine, idéalement située au centre de… Je sais pas comment dire…. Disons des terrains au milieu ou plutôt des terres du milieu...Du monde.

En ce temps là, existaient deux royaumes, l’Occipitor et le Temporohan. En raison d’une vieille alliance forgée depuis des siècles, les Occipitoriens surveillaient une frontière et devaient avertir les Temporohirrim en cas d’apparition d’un danger.

jeudi 16 janvier 2014

cas clinique 022013 (numéro toujours pas plus utile qu'avant)



Le premier cas clinique ayant eu du succès, en voici un deuxième, très orienté médecine générale et IDE. Le principe pour ceux qui découvrent est de prendre un cas réel, de vous donner toutes les infos du dossier telles qu'elles sont écrites dans le dossier avec les imprécision ou les donnes manquantes et d'en discuter. La discussion ayant lieu à posteriori, le but n'est pas de critiquer mais de voir ce qui a été bien ou mal fait (une fois qu'on connaît la fin de l’histoire). Réponses aux questions dans une semaine...

mercredi 15 janvier 2014

Protection juridique, curatelle, tutelle

- The sword of Damocles over my head -



Il y a quelques mois, des personnalités d'une certaine importance ont vu leur nom apparaître dans la presse, associé à des articles évoquant des mesures de protection juridique, des curatelles et des tutelles.

Ces articles discutaient en long en large et en travers de ce que le médecin expert avait dit ou fait pour parvenir à ses conclusions.

Certains journalistes évoquaient avec la voix sourde et tremblante de cromagnon devant le monolithe noir de "2001 l'odyssée de l'espace" (oui à l'écrit, je sais) les "tests" qui permettaient de déclarer que telle personne était ou n'était plus apte à gérer son patrimoine ou à appuyer sur un petit bouton rouge permettant d'augmenter considérablement la température du globe en un point précis de sa surface.

jeudi 9 janvier 2014

cognition appliquée : cerveau et mode


- Don’t judge a book by its cover -






Les neurosciences c’est compliqué.
Si vous en voulez une preuve indiscutable, un de mes bouquins de vulgarisation (auprès d’un public de neurologues) qui aborde la réalité scientifique avec une rigueur et une précision équivalente à celle d’une maîtresse de CE1 expliquant le système solaire, fait quand même 943 pages (pour les masochistes, c’est Neurosciences, 4th edition, Sinauer Associates).

Et dans les neurosciences, le plus compliqué, c’est la cognition.
J’ai déjà fait plusieurs powerpoints sur ce sujet (dont, si vous avez bien suivi, le niveau scientifique est comparable à celui du gosse de CE1 qui après son cours, entreprend d’expliquer le système solaire à ses parents avec une cerise et une orange). Un de mes problèmes pour faire passer le message est que je n’ai jamais trouvé d’analogie permettant de présenter les mécanismes de cognition à des moldus non-neurologues.

Mais tout vient à point à qui sait voler un œuf, un échange de tweets avec la @Boutonnologue m’en a finalement donné l’occasion, alors que je donnais mon avis de neurologue sur une paire de baskets Puma®… de chez Adidas® (ils ont beaucoup d’humour chez Adidas®).

si cela vous intéresse, suivez ce lien

lundi 6 janvier 2014

cas clinique 012013 (numéro inutile qui donne du sérieux)

- I've got something to say -




Ce cas clinique répond à une demande qui m'a été faite à plusieurs reprises de "neurologie appliquée". L'idée est de partir de cas réels (certifiés 100% pur jus, sans additifs ni conservateurs) et de commenter la prise en charge, voir ce qui a été bien fait, moins bien fait, voir raté selon les données de 2013. Comme vous le verrez l’objectif n'est ni de juger ni de dénoncer mais de discuter. Et surtout vous verrez que certaines recommandations sont contradictoires, ce qui pimente toujours la prise en charge.

NOTE IMPORTANTE : Ce cas est décrit tel qu'écrit dans le dossier, avec les mots d’origine. C'est important, car comme me l'a fait remarquer @minuit08 (regardez son commentaire), la sémio est partiellement fausse. Cela me permet (opportunisme éhonté, de vous conseiller de lire le partie "mots de la neurologie" ici : http://etunpeudeneurologie.blogspot.fr/2013/12/lexamen-les-mots-pour-le-pourquoi-faire.html)